Vie de Maman

Post-partum : mon parcours d’allaitement

Avec ce nouvel article, je vais me livrer et ouvrir mon cœur sur un épisode un peu compliqué de ma fin de grossesse : l’allaitement ! Pendant la grossesse et dans les premiers jours de bébé, à la maternité, le corps médical nous a beaucoup parlé de l’allaitement maternel et nous avons pris la décision de nous lancer dans l’aventure…

Cet article ne fait pas le tour de l’argumentaire pour ou contre l’allaitement, il s’agit uniquement de mon point de vue et de mon expérience. 🙂

by Cactus & Style

Les premières tétées de bébé

Après la naissance de bébé par césarienne, j’ai passé 3h en salle de réveil puis j’ai rejoint mes deux amours (mon mari et mon fils) dans notre chambre d’hôpital. A ce moment là, les sages-femmes nous ont demandé si nous souhaitions allaiter ou non notre bébé. Nous avons choisi de tenter l’expérience.

J’ai mis mon fils au sein mais malheureusement, tout ne s’est pas passé comme prévu… Il n’a pas réussi à prendre le sein et à se nourrir. Il a perdu beaucoup de poids, à peu près 400g. Je me suis sentie vraiment coupable et triste.

C’est un sentiment normal mais, avec le recul, je sais que ce n’est absolument pas de ma « faute ». Surtout que nous n’avons rien pas lâché, nous avons tout essayé pour n’avoir aucun regret.

by Cactus & Style

Nous avons tenté l’allaitement dans plein de positions différentes, sans et avec des bouts de sein en silicone, sans et avec le DAL, etc. Jusqu’à enfin pouvoir sortir de la maternité lorsque bébé a plus ou moins repris son poids de naissance (au bout de 5 jours).

Une fois rentrés à la maison, nous avons continué nos efforts, surtout que nous étions suivis par une sage-femme en prado. Cependant, nous n’avons toujours pas réussi à trouver notre rythme d’allaitement.

La consultation de spécialistes

Pour réussir à trouver une solution d’alimentation pour notre fils, nous avons consulté de nombreux spécialistes : la dernière chance pour l’allaitement avant de passer définitivement aux biberons.

Nous avons vu un ORL, une ostéopathe et une conseillère en lactation… Un ORL pour vérifier le frein de langue de notre bébé, une ostéopathe « décoincer » sa mouchoir et une conseillère en lactation pour aborder la mise au sein, ainsi que les différentes solutions d’allaitement.

Après des semaines de douleur, de frustration et de tristesse, nous avons décidé de stopper l’allaitement « classique » pour s’orienter vers le tire-lait dont nous avait parlé la conseillère en lactation.

Le tire-lait a répondu parfaitement à nos attentes : nourrir notre bébé avec le lait maternel, et ça, sans souffrance ni frustration.

La solution du tire-allaitement

La conseillère en lactation nous a délivré une ordonnance pour la location d’un tire-lait. Dès sa réception, nous avons organisé notre « calendrier » de tirage.

Nous réalisions 7 à 8 tirages par jour, autant dire que c’est un peu prenant, mais il faut bien favoriser la production de lait. Surtout que ma première monté de lait a mis du temps à arriver.

Dès que la production de lait a été suffisante pour nourrir bébé, nous avons réduit le nombre de tirage, jusqu’à trouver notre rythme de croisière.

Astuce : pour la prolongation de l’ordonnance, vous pouvez aussi demander au pédiatre de bébé pour plus de facilité 😉

by Cactus & Style

N’hésitez pas à partager votre expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *